17/04/2004

Le message

On dit que le silence est la voix de la complicité.
Mais le silence est impossible.
Le silence hurle.
Le silence est un message, tout comme ne rien faire est un acte.

Laisse ton être sonner et résonner
en chaque parole et chaque acte.
Oui, deviens qui tu es.
Il n'est pas concevable que tu esquives ton propre être
ou ta responsabilité.

Ce que tu fais est qui tu es.
Tu es ta propre punition.
Tu deviens ton propre message.

Tu es le message.

Leonard Peltier


12:10 Écrit par Maurice Pécriaux | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Tout les chemins mènent à Rome... Tiré de "Histoire de la Magie" de Éliphas Lévi :

"L'Être est l'Être, la raison de l'Être est dans l'Être. Dans le principe est le Verbe et le Verbe est la logique formulée en parole, la raison parlée ; le Verbe est en Dieu et le Verbe est Dieu même manifesté à l'intelligence. Voilà ce qui est au-dessus de toutes les philosophies. Voilà ce qu'il faut croire sous peine de ne jamais rien savoir et de retomber dans le doute absurde de Pyrrhon. Le sacerdoce gardien de la foi repose tout entier sur cette base de la science, et c'est dans son enseignement qu'il faut saluer le principe divin du Verbe éternel."

Et le silence fait aussi partie du Verbe...

Le Sixième Sens :

Le rôle particulier de cette philosophie (rosicrucienne) est de permettre l'acceptation de doctrines chrétiennes par la connaissance ésotérique, lorsqu'on ne peut y arriver par le seul moyen de la foi. Elle a pour but de complémenter le travail des églises, non de le supplanter.

La Philosophie Rosicrucienne enseigne que l'homme possède, à l'état latent, un sixième sens qui a été développé chez certains, et qui sera finalement développé par tous. Ce sens permet à celui qui le possède de percevoir les royaumes supra-physiques, où vivent les soi-disant morts et d'y faire des investigations.

Elle enseigne également que la Terre est une grande école où nous retournons, vie après vie, par la renaissance, y apprenant de nouvelles leçons durant chaque jour terrestre, et évoluant sans cesse vers une perfection plus grande du caractère et des pouvoirs qui s'ensuivent. Dans cette école, les degrés atteints par les différents individus expliquent les différences de destinée que nous voyons de toutes parts. C'est pourquoi, devant les inégalités de la vie, nous ne devons pas désespérer de l'amour de Dieu, car nous savons qu'un jour nous serons tous parfaits, comme notre Père des Cieux est parfait (Matthieu 5:48).



et tiré de "Dogme et Rituel de la Haute Magie" de Éliphas Lévi :

"Le ternaire est le dogme universel.

En magie, principe, réalisation, adaptation; en alchimie, azoth, incorporation, transmutation; en théologie,Dieu, amour et action; dans la famille, père, mère et enfant. Le ternaire est le but et l'expression suprême de l'amour : on ne se cherche à deux que pour devenir trois.

Il y a trois mondes intelligibles qui correspondent les uns avec les autres par l'analogie hierarchique : le monde naturel ou physique, le monde spirituel ou métaphysique, et le monde divin ou religieux.

De ce principe résulte la hiérarchie des esprits divisés en trois ordres, et subdivisés dans ces trois ordres toujours par le ternaire.

Tout ces ces révélations sont des déductions logiques des premières notions mathématiques de l'être et du nombre. L'unité, pour devenir active, doit se multiplier. Un principe indivisible, immobile et infécond, serair l'unité morte et incompréhenssible.

Si Dieu n'était qu'un, il ne serait jamais créateur ni père. S'il était deux, il y aurait antagonisme ou division dan sl'infini, et ce serait le partage ou la mort de toute chose possible; il est donc trois pour créer de lui-même et à son image la multitude infinie des êtres et des nombres.

Ainsi il est réellement unique en lui-même et triple dans notre conception, ce qui nous le fait voir aussi triple en lui-même et unique dans notre intelligence et dans notre amour.

Ceci est un mystère pour le croyant et une nécessité logique pour l'initié aux sciences absolues et réelles.

Le Verbe manifesté par la vie, c'est la réalisation ou l'incarnation. La vie du Verbe accomplissant son mouvement cyclique, c'est l'adaptation ou la rédemption. Ce triple dogme a été connu dans tous les sactuaires éclairés par la tradition des sages."


Écrit par : Philippe | 14/05/2004

Los cincos Léonard Peltier, une victime de l'impérialisme yankee.
Je me rappelle les manifestations à Cuba, des millions de gens dans les rues de toutes les villes, la solidarité autour des familles de "los cincos", cinq cubains dans les goêles US, emprisonnés pour leurs idées "subversives".
Il n'y a aucune différence entre l'impérialisme US et le plus dur des régimes staliniens, les prisons sont remplies de prisonniers politiques, enprisonnés pour des idées et non pour des actes.
"LUCHAREMOS CON IDEAS, NO CON PIEDRAS !", slogan révolutionnaire attribué au Che, "luttons avec des idées, pas avec des pierres !", presque trop beau pour être possible...

Écrit par : Ya'ke yajuja | 17/05/2004

Les commentaires sont fermés.